Art De La Guerre
Bienvenue sur le forum de discussion de la règle de jeu l'Art De La Guerre
 
FAQFAQ RechercherRechercher Liste des MembresListe des Membres Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion
Bataille sous les murs de Babylone !
Page 1 sur 1
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 Art De La Guerre Index du Forum > Campagnes et Scénarios
Auteur Message
Bertrandspm
Tribun


Inscrit le: 12 Oct 2008
Messages: 888
Localisation: Orléans
MessagePosté le: Sam Mai 21, 2011 2:44 pm    Sujet du message: Bataille sous les murs de Babylone ! Répondre en citant
Les râles des mourants et les cris des blessés emplissaient l'air.
Des nuées de corbeaux et autres charognards tournaient au-dessus de ce champ de mort dans l'attente de pouvoir festoyer.

Au milieu de ses officiers, Antiochos Jacquemardos savourait ce moment tout en se lavant les mains du sang de Déhess Khahn qu'il venait de décapiter, ce pouilleux qui avait osé penser qu'il parviendrait à s'emparer de sa capitale.
Pourtant, il fallait lui reconnaître le talent d'avoir su persuader les tribus de se rallier à sa cause. Et ils étaient venus de loin, ces fils du désert, dans le but de conquérir les richesses de l'empire séleucide.

Malheureusement pour eux, l'armée, partie en Arménie, avait été en mesure de rentrer plus rapidement que ce que Déhess Khahn avait pensé.
Alors qu'il avançait, il s'était retrouvé face à l'armée principale en ordre de bataille, déployée sur un terrain plus difficile que ce qu'il aurait bien voulu :
l'aile droite séleucide, composée de xystophoroi et d'archers à cheval scythes, s'appuyait sur un terrain infranchissable,
à sa gauche le corps de bataille principal avec la redoutable phalange et les gardes du palais, s'appuyait sur un champ,
enfin, l'aile gauche, formée de troupes moyennes thraces et de thorakitais, ainsi que de fantassins légers, tenait un espace restreint, protégé par une colline escarpée.
Comble de malchance, les séleucides avaient pris soin de fortifier leur camp ... la partie allait être rude.

Ses plans étaient remis en question, mais certain de la valeur de son armée, il se prépara à combattre.
Or, ses ordres furent mal compris :
sa cavalerie se trouva face à celle de l'ennemie, plus puissante,
son corps d'archers aidés de fantassins lourds de même que son aile droite formée de javeliniers ne fit face ... qu'au vide.

Après avoir tranché la gorge de ceux qui l'avaient aussi mal servis, il lança ses troupes à l'attaque, mais là encore, rien ne se déroula comme il l'aurait voulu :
Les cavaliers avancèrent trop loin et surtout, trop seuls,
le corps d'infanterie resta loin en arrière et seule l'aile droite suivit correctement ses ordres.

Face à cette situation, Antiochos n'hésita pas un instant. Prenant lui-même la tête de la cavalerie, il chargea celle de son adversaire, faisant mordre la poussière dès le premier choc à deux unités de cavalerie moyenne au prix de l'un de ses lourdes.
Dans le même temps, la phalange s'ébranlait pour appuyer cette attaque et l'aile gauche s'empressait d'occuper le terrain pour retarder l'ennemi qui venait sur elle rapidement.

Les archers ennemis, à portée, firent fondre sur les piquiers des nuées denses de flèches, causant ainsi quelques dégâts dans les rangs, sans pour autant rompre la cohésion de la ligne.
Les cavaliers ennemis, courageux, parvenaient à neutraliser les séleucides, malgré les encouragements d'Antiochos.

Malgré les tirs nourris, la phalange parvint au contact, bien décidée à en finir.
Il était d'ailleurs temps car les cavaliers arabes étaient parvenus à mettre en déroute deux autres unités lourdes.
A gauche, les redoutables thraces avec leurs armes à deux mains et les thorakitais chargèrent les javeliniers ennemis.

Antiochos, devant les difficultés de ses cavaliers, chargea de nouveau, en tête, afin d'en terminer avec ces chiens. Devant la furie séleucide, les derniers cavaliers nomades partirent en déroute, laissant entre les mains de l'ennemi leur chef, désormais seul face à son destin.
La phalange, sous les exhortations de ses officiers qui voulaient aussi leur part de gloire, finit par percer le centre ennemi.
Quant à l'aile gauche, elle aussi parvient, après de furieux combats, par mettre à terre les troupes ennemies.

Voyant que la déroute commençait à se faire jour sur tout le champ de bataille, les chefs des tribus décidèrent de fuir et de regagner leur désert, abandonnant à son sort Déhess Khahn, ce fou qu'ils n'auraient jamais du suivre ...
_________________
Bertrand
NPOW : http://powfrance.e-monsite.com
Mon club : http://orleanswargames.free.fr/index.php
Mon nouveau blog : http://lesfigurinesdebertrand.blogspot.fr/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
sebastosfig
Magister Militum


Inscrit le: 04 Oct 2008
Messages: 1091
Localisation: Lisboa
MessagePosté le: Sam Mai 21, 2011 3:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant
Au Grand Roi Antiochos, Salut!

Nous , représentants de la délégation carthaginoise à Babylone, avons absolument tenu à venir vous féliciter les premiers de votre victoire, en vous offrant une parade, de l'encens et de la pourpre. Votre majesté mérite amplement l'épiclèse de Mégas.

Hamilcar Avanlébeu, émissaire carthaginois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Borix
Magister Militum


Inscrit le: 03 Nov 2009
Messages: 4573
Localisation: Levallois, near Paris
MessagePosté le: Lun Mai 23, 2011 6:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant
Félicitations cousin Antiochos,

Cette vermine nomade qui menace sans cesse nos royaumes n'a eu que ce qu'elle mérite ! Je te soutiendrai toujours pour chasser ces barbares qui veulent détruire les bienfaits de notre civilisation. Et si il le faut, mes troupes de Judée pourront te prêter main forte si ces chiens galeux te menacent à nouveau.

Nous pourrons alors cheminer ensemble comme nos glorieux aïeuls derrière le divin Alexandre.

Ton cousin admiratif

Ptolémée IV Boripator
_________________
Réaliser dans l'âge d'homme les rêves de la jeunesse, c'est ainsi qu'un poète a défini le bonheur ! Léon Blum
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
  
 Art De La Guerre Index du Forum > Campagnes et Scénarios
Page 1 sur 1
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum